•  

    Le Seigneur des Anneaux

     

     

    a été adapté par Peter Jackson en trois films, sortis entre 2001 et 2003.

    Longtemps, le roman Le Seigneur des anneaux de J. R. R. Tolkien a été considéré comme inadaptable du fait de la complexité du livre, du nombre important de personnages, de la dimension épique de l'ouvrage et des difficultés de transposition cinématographique, insolubles en termes d'effets spéciaux.

    En 1978, Ralph Bakshi adapte Le Seigneur des anneaux sous forme de dessin animé. Il utilise un rotoscope, machine qui permet d'obtenir un personnage animé à partir de scènes réelles. Ainsi, les hobbits sont entièrement dessinés, tandis que les Nazgûl sont des acteurs filmés, retravaillés puis incrustés dans les dessins. Ce film, qui ne narre qu'une partie du roman (il s'arrête à la bataille de Fort-le-Cor) ne connut pas un succès commercial, si bien que l'adaptation reste incomplète.

    À partir de 1995-97, Peter Jackson, réalisateur néo-zélandais connu jusqu'alors pour quelques films « gores » et fantastiques (Créatures célestesFantômes contre fantômes), s'intéresse à l'adaptation du roman, à défaut de pouvoir réaliser dans l'immédiat son rêve, filmer une nouvelle version de King Kong. Les producteurs qu'il contacte pour cette adaptation lui proposent d'en faire une version en deux volets, puis un seul et unique film, ce qui implique d'opérer de nombreuses coupes dans l'œuvre originale. Finalement, une porte s'ouvre : il a un mois pour donner sa réponse définitive, libre à lui de trouver dans ce laps de temps un autre producteur. Contre toute attente, la compagnie américaine New Line qu'il rencontre le dernier jour de l'expiration du délai lui propose de réaliser le film en trois volets, gage ainsi de fidélité au découpage original du livre.

    Les trois films, Le Seigneur des anneaux : La Communauté de l'anneauLe Seigneur des anneaux : Les Deux Tours et Le Seigneur des anneaux : Le Retour du roi, sont sortis en décembre 20012002 et 2003, bénéficiant d'une sortie simultanée dans de nombreux pays, notamment en Europe et en Amérique.

    L'essentiel du film a été tourné d'une seule traite, et des séquences supplémentaires ont été tournées plus tard pour être intégrées dans les versions longues en DVD. Cette façon de faire, associée à un tournage en Nouvelle-Zélande moins coûteux qu'à Hollywood a permis à l'équipe de se satisfaire d'un budget de plus 300 millions de dollars pour toute la trilogie.

    D'ailleurs, le premier opus a remporté un tel succès qu'il a suffi à lui seul à récupérer l'ensemble des fonds investis. 

    Mon univers


    Mon univers


     

     

      

    Mon univers

    Que dire de plus, à part que cette trilogie est ... je ne trouve pas de qualificatif assez fort. bref, à avoir absolument.

    10 commentaires
  •  

       

    Jean-Baptiste Grenouille naît en 1744. Enfant solitaire, malade, il devient un jeune homme à part grâce à un don unique : son odorat.
    Grenouille n'a pas d'autre passion que celle des odeurs, et chaque seconde de sa vie est guidée par ce sens surdéveloppé. Survivant misérablement, il parvient à se faire embaucher comme apprenti chez les maîtres parfumeurs de la capitale. Il découvre alors les techniques
    et les secrets de la fabrication des parfums. Son don lui permet de composer quelques chefs-d'oeuvre olfactifs, mais son but ultime devient rapidement la mise au point de la fragrance idéale, celle qui lui permettrait de séduire instantanément tous ceux qui croiseraient son sillage.
    Dans sa recherche d'ingrédients, Grenouille est irrésistiblement attiré par le parfum naturel des jeunes filles. Il va aller jusqu'à en tuer beaucoup pour leur voler leur odeur... 

    Le titre n'est pas accrocheur, mais le film est génial !











     


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique